fbpx

MUSIQUES CRÉATIVES ET VIVANTES, PAR DES MUSICIENS CRÉATIFS ET VIVANTS

Brest Brasil Agora!

Depuis le 12 décembre, deux membres de Nautilis (Christophe Rocher & Erwan Massiot) sont au Brésil pour un voyage exploratoire, accompagnés de Janick Tilly et Cécile Even de Plages Magnétiques. L’objectif: étudier la possibilité de monter un partenariat avec des musiciens brésiliens pour les prochaines années.
Retrouvez chaque jour le récit de leur périple entre Rio, Brasilia et São Paulo, sur le blog “Brest Brasil Agora!”…
rio_indio_2

abajur, brasilagora, ensemble nautilis

Festival Aérolithes

Le Logelloù (Penvénan), l’Ensemble Nautilis (Brest), l’Ensemble Sillages (Brest) et La Cie des Musiques têtues (Rostrenen) ont décidé de créer un événement commun cet été au Logelloù et alentour.

Nous voulons provoquer ensemble une infusion de petites et grandes formes musicales et sonores.

Nos quatre structures présentent bien des points communs : nous sommes des musiciens et des compositeurs, des organisateurs d’événements et des producteurs. Nos équipes travaillent toutes sur des projets de territoire, en ville ou à la campagne. Et surtout, dans la sphère des musiques inventées, nous avons la même approche musicale, entre improvisation, musique populaire de tradition orale ou écrite.

Nous ne voulons pas laisser l’écran devenir la seule forme de culture possible. Nous souhaitons retrouver le public, dans la distanciation physique, mais dans l’échange, la poésie et la rencontre pour faire que l’été 2020 reste dans la mémoire collective comme celui de l’explosion d’une culture proche et généreuse. Le circuit court peut aussi s’appliquer à l’art et à la culture et nous allons travailler avec des artistes vivant et travaillant ici.

Nos quatre structures ont vu les premières présentations de leurs créations 2020 annulées pendant le confinement et nous souhaitons unir nos forces pour les jouer au plus vite, sans attendre.

Cet événement permettra de faire se croiser public et professionnels, autour de rencontres, d’un débat sur les musiques de création, de concerts, ciné-concerts, impromptus et performances. La programmation est en cours !

Cette manifestation est soutenue  par la DRAC Bretagne / Ministère de la Culture, Spectacle Vivant en Bretagne, le Département des Côtes d’Armor, Lannion Trégor communauté, en partenariat avec le Carré magique, Pôle national cirque en Bretagne et le théâtre de l’Arche de Tréguier.

Le 23 Juillet : nous présentons les créations qui n’ont pas pu voir le jour entre mars et juin 2020

Le matin du 24 Juillet, on débute par un grand débat et à partir de l’après midi, des concerts, des conférences, des rencontres jusqu’au dimanche 26.

le programme détaillé sera révélé sous peu !!!

8tet Cabaret-Rocher, bs2

Brain Songs #2 : résidence, répétitions, et... confinement

L’équipe de BRAIN SONGS (Christophe Rocher, Sylvain Thévenard, Nicolas Bazoge) se trouvait en résidence depuis le 9 mars à l’Athénor (CNM St-Nazaire), travaillant à la mise en place du dispositif scénographique du concert électro-visuel BRAIN SONGS #2, lorsque la nouvelle du confinement général est tombée, prenant tout le monde par surprise.

En conséquence, le concert initialement prévu le 19 mars au Pannonica (Nantes) à été annulé, tandis que la résidence écourtée sera reportée en juin 2020.

Brain Songs, bs2

La playlist "Enfermé•e chez toi"

La playlist “Enfermé•e chez toi”

Share

×

BRAIN SONGS #2 / Rencontre avec des étudiants

Suite à une répétition publique du spectacle, les élèves ont pu échanger longuement avec les musiciens, qui leur ont fait découvrir certaines facettes d’un métier auquel certains étudiants se prédestinent.

Brain Songs, bs2

BRAIN PROJECT

The Nautilis ensemble is engaged in a research process around the relationship between musical improvisation and the musician’s brain. Researcher Nicolas Farrugia, lecturer at the ITM Atlantic and researcher in neurosciences, specialist in research on the relationship between music and the brain, active within the CNRS Labsticc laboratory, leads scientific research, with a desire for exchange and pluridisciplinarity : exchange with artists, pluridisciplinarity with other sciences, especially social sciences.

Alexandre Pierrepont, Anthropologist and long-time companion of Nautilis, takes a complementary look.

From 2019 to 2021, experiments will be conducted to better understand the neural functioning of the musician’s brain when he improvises. Electroencephalography (EEG) data will be collected on the musicians’ skulls. The analysis of these data will aim to link them with subjective states of improvisation (such as concentration, stress, creativity).

As an abyss and at a distance from this research, the Ensemble Nautilis takes hold of the scientific approach that observes the musician and integrates him into a creative process. Thus, the Ensemble Nautilis will use the data produced during these experiments to develop a device capable of translating this information into images and sounds to develop two different creations, as well as a scientific research space, where musical practice and scientific observation build a unique idiom live, in a new dialogue.

In this perspective, three groups will be invited: the duo Boreal Bee, the trio Carol and the Nautilis octuor.

First, Nicolas Farrugia and the duo Boreal Bee will try to design a device that will link EEG and music, thus allowing a new live interaction between musician, acoustic and electronic instruments.

The Carol and Nicolas Farrugia trio will set up study times dedicated to scientific measurements and analyses of the EEGs of improvising musicians.

And finally, Nautilis’ otect will focus on creating a musical and visual show where EEGs placed on the musicians’ skulls will still have their place to produce sounds and lights.
Thus, the research results of the first two components will be used to achieve a complete and successful art form that will seek to build a new bridge between science and music.

To use brain activity in a new way to create music, to push back knowledge and to use these new technologies to create, to use the machine to access the spontaneous, the instinctive, and above all to dream with the audience a music that will be a journey into this almost unknown zone that is the grey matter, a little like in a novel that Jules Vernes would have written if he had known the 21st century.

Brain Songs, english

Retours sur la tournée aux États-Unis du trio Carol

Après la tournée du trio Carol aux États-Unis, Christophe Rocher revient sur cette aventure outre-atlantique qui va bien au-delà de simples concerts à l’étranger, et qui se transforme pour devenir aussi une odyssée européenne parsemée de rencontres artistiques et humaines exceptionnelles…

———

La tournée américaine du trio CAROL a bénéficié du soutien financier de Spectacle vivant en Bretagne, de la Sacem, de la ville de Brest, de l’Institut Français, de la Région Bretagne, de la Spedidam.

———-

Interview par Erwan Bargain pour Bretagne Actuelle.

——–
Fondateur de l’Ensemble Nautilis, basé dans le Finistère, le clarinettiste Christophe Rocher revient d’une tournée aux Etats-Unis. Avec ses acolytes, le contrebassiste Frédéric B. Briet et le batteur Nicolas Pointard, ils ont ainsi joué à la Nouvelle-Orléans, à Denver, Iowa City et Minneapolis. Retour sur cette belle aventure humaine, réalisée dans le cadre du projet ARCH, dédié aux échanges artistiques entre musiciens bretons et internationaux.

 

D’où est né le désir de lancer ARCH ?
Je suis un laborieux, j’ai besoin de temps pour trouver la musique, et aussi les bonnes personnes, Alors quand mon ami Alexandre Pierrepont, anthropologue du jazz d’aujourd’hui, journaliste, et penseur, m’a proposé une tournée aux USA, où je jouerais avec nombre de musiciens américains tous plus connus et magnifiques les uns que les autres. J’ai réfléchi quelques secondes et, à sa grande surprise, j’ai refusé pour lui proposer l’instant suivant, un autre type d’aventure, plus durable et plus en cohérence avec ce que je suis : un voyage pour jouer avec tous ces musiciens, certes, mais un voyage qui serait un voyage d’exploration, un voyage initiatique, en vue de créer des relations plus durables, car je n’aime pas les « one shots ». Nous sommes donc partis pour 3 semaines en mars 2012, à New York, puis Chicago, Alexandre Pierrepont, Frédéric B. Briet (contrebassiste) et moi. Nous avons joué lors de sessions, de rencontres et de concerts, 2 à 3 fois par jour parfois.  Nous avons rencontré des artistes auprès desquels nous avons expliqué notre désir de faire de la Bretagne un point d’ancrage de rencontres et de créations entre musiciens américains (en particulier de Chicago) et bretons. Au retour, notre choix était clair, ces contacts humains et artistiques devaient profiter à tous dans Nautilis, ici, en Bretagne. Nous avons donc imaginé ce dispositif ARCH dont le but est de favoriser les rencontres, les créations et la diffusion de la musique créée de part et d’autre de l’Atlantique, en provoquant des concerts mêlant Bretons et Américains.

Que retiens-tu des quatre premières années du projet et des échanges avec la scène de Chicago ?
Evidemment, il me faudrait quelques heures et quelques centaines de pages pour répondre à cette question. Mais en un mot : l’humanité. Nous avons fini ce premier volet de quatre ans en créant un grand orchestre le Third Coast Orchestra, qui a joué au Quartz et à Paris, à la Dynamo de Banlieue Bleue. Nous l’avons appelé ainsi, sur le constat finalement que nos deux communautés, bretonnes comme chicagoannes étaient très concernées par les côtes, les rivages, les bordures, Chicago étant au bord de l’immense lac Michigan, qui est appelé la troisième côte des Etats-Unis. Ces côtes sont des invitations aux voyages, à la navigation, mais aussi à l’accueil des navigateurs des autres contrées, c’est un état d’esprit commun que nous portons en nous à travers la musique, mais aussi dans nos vies. Voyager mais aussi, accueillir les gens qui arrivent par la mer notamment, les étrangers, les autres, nous a semblé être une question importante et intemporelle, comprend qui veut ou comprend qui peut ! Chicago est aussi la ville des Etats-Unis la plus ségréguée, les afro-américains vivent pour la plupart au sud de la ville, les blancs au nord. Les musiciens n’échappent pas à ce mur physique, pourtant ils jouent ensemble régulièrement, militent pour la plupart, encore aujourd’hui, contre cette ségrégation. Rob Mazurek, à qui nous avons confié la direction de ce grand orchestre, est le symbole de cette humanité, avec cet ensemble qui mêle hommes et femmes de Bretagne et de Chicago, blanc et noirs, venant du jazz, du rock, de la musique traditionnelle, tous improvisateurs. Quelques minutes avant de monter sur scène, le jour de la première, Rob m’a glissé à l’oreille : « tu sais, Christophe, mon rôle, ce n’est pas que les musiciens jouent bien ma musique, c’est qu’ils jouent la leur, qu’ils soient heureux ensemble, et qu’ils partagent de l’amour ».

Le rapport à la musique est-il différent des deux côtés de l’Atlantique et si oui, pourquoi ?
Oui, en France, nous éprouvons le besoin de mettre des étiquettes avant même d’entendre la musique. Nous, musiciens français, parlons beaucoup de la musique avant de la jouer, les américains parlent très peu de la musique qu’ils jouent, ils se contentent de la jouer. Et si un musicien, en France, joue du jazz, alors, nous, Français, avons parfois du mal à comprendre que le lendemain, il parte en tournée avec un groupe de rock très commercial, ou de musique expérimentale radicale, et pourtant, c’est exactement ce que font la plupart des musiciens que nous rencontrons sur le continent américain, c’est une attitude d’ouverture qui me plait beaucoup, une attitude vitale même. Par exemple parmi les musiciens avec lesquels nous avons joué : Matt Bauder joue dans Arcade Fire, Jeff Parker dans Tortoise et à Montréal, nous avons rencontré les musiciens de Godspeed You Black Emperor, notamment Thierry Amar et surtout Mauro Pezzente qui gère le Suoni Per El Popolo, festival de musique expérimental, un festival qui balaye très large, de la musique contemporaine au Punk en passant par le Freejazz et la danse contemporaine. Par ailleurs, ici, nous avons encore la chance de vivre avec un système social que les gouvernements successifs tentent de désosser mais qui permet encore aujourd’hui aux écoles, aux conservatoires, aux scènes, aux festivals de faire circuler les artistes auprès des populations. Cela est très différent aux USA, la musique se loge dans d’autres endroits, par les bonnes volontés, les festivals… Il faut savoir que nos amis américains nous envient profondément ce système social, ils nous le disent souvent : « résistez, la France est un modèle ! ». Et ce, d’autant plus aujourd’hui avec le gouvernement Trump. Souvent, ceux qui gagnent de l’argent en font profiter les autres pour pallier au manque de solidarité du modèle américain (santé, éducation …). Par exemple Mike Reed, batteur de Chicago, dirige un des plus grands festivals de rock et de pop des USA, le Pitchfork Music Festival. Il a ouvert le Constellation, un des plus beaux clubs de jazz contemporain et de musiques créatives de Chicago, notamment grâce à l’activité du Pitchfork. C’est un peu comme si les Vieilles Charrues finançaient Penn ar Jazz, et ici, c’est difficile à imaginer !

Comment s’est déroulée votre dernière tournée aux USA ?
Nous sommes passés par les villes de La Nouvelle Orleans, Denver (qui est jumelée avec Brest), Iowa-City et Minneapolis. Nous travaillons déjà à la tournée 2019 car les contacts que nous avions dans certaines villes n’ont pas pu se concrétiser cette année (Seattle, Houston, Los Angeles et Detroit en particulier). Nous avons débuté la tournée avec la formation Bonadventure Pencrof, créée en 2013, puis terminé avec le Trio Carol qui accueillait chaque soir un nouvel invité dans la ville où il jouait. Pour finir, mes camarades sont rentrés en Bretagne. Je suis alors passé par Chicago pour avancer sur de nouveaux projets et j’ai fini mon périple par quatre jours de concerts avec Joe Fonda et Harvey Sorgen, deux musiciens new-yorkais qui m’invitent depuis quelques années régulièrement.

Pourquoi vouloir développer désormais le projet en direction du Canada et de l’Italie ? Et pourquoi avoir choisi ces pays ?
Ces échanges ARCH, nous ne pourrions les réaliser si, à Brest, l’Ensemble Nautilis que j’ai la chance d’animer ne travaillait pas main dans la main avec Penn ar jazz, qui programme l’Atlantique Jazz Festival et qui fait un travail de terrain et de diffusion incomparable toute l’année pour les musiques créatives en générale. Nous avons donc réalisé un cycle durant 4 années avec Chicago, un cycle dont nous avions programmé l’obsolescence intentionnellement et qui a généré des relations, aujourd’hui, durables avec les Etats-Unis. Il ne reste plus qu’à reproduire cette démarche avec d’autres endroits du monde en tirant les leçons de cette première expérience. Un des constats a été que la réciprocité n’a pas été très grande avec Chicago.  Nous, les Français, avons beaucoup mené la barque, fait les choix artistiques, décidé des musiciens que nous souhaitions inviter etc. La France est un pays qui, à tous les niveaux de son institution (Etat, Région, Département, Ville) se pose la question de la présence de la culture et donc ces aventures ne pourraient voir le jour sans l’intervention de fonds publiques. Aux Etats-Unis, l’institution est totalement absente, en tout cas dans les domaines artistiques qui nous occupent. C’est effrayant, alors que les musiques afro-américaines, le jazz, le blues, le rock font partie intégrante de l’ADN culturel de tous les Américains, les représentants du peuple américain (gouvernement, états, villes) n’apportent aucun soutien tangible à la création et aux musiciens qui vivent dans un cadre économique lamentable ou sous la pression de la réussite économique. Seuls ceux qui ont un soutien privé ou qui jouent régulièrement à l’étranger s’en sortent. Autant dire que nous n’avons pas trouvé de réciprocité économique dans ces échanges, nous les avons malgré tout réalisés en trouvant notamment quelques fonds privés.

Nous avons donc aujourd’hui l’envie de trouver des modèles d’échanges où la question de la réciprocité (dans les choix artistiques et dans le partage des poids économiques) se pose. Je ne parle pas nécessairement d’équilibre ou d’égalité mais l’intention et le partage sont importants pour nous. Nous avons donc commencé l’an dernier un travail avec la ville de Montréal, en considérant que 4 entités devaient être autour de la table cette fois : le festival Suoni per el popolo à Montréal, un certain nombre de musiciens québécois, Penn ar Jazz et l’Ensemble Nautilis. Nous construisons les choses de façon plus réciproque et cela nous semble plus riche. Pour ce qui est des pays d’Europe, c’est un peu différent, j’aimerais initier avec quelques partenaires, une sorte de réseau de circulation des artistes, qui serait en symbiose avec nos modes de fonctionnement et de création (du local au local). Par exemple, j’ai rencontré, dans les montagnes au Nord de Brescia près de Milan, un collectif de musiciens qui gère un lieu qui se nomme l’Alberodonte, ils y jouent régulièrement, invitent nombre de musiciens à travailler avec eux et notamment certains de Chicago. Gabrielle Mitelli, l’un des piliers, est trompettiste, activiste, mais aussi vigneron et pas n’importe quel vigneron. Nous sommes en train de préparer un événement en Centre Bretagne autour d’échanges avec ces nouveaux amis italiens, sur la notion de musique et de terre, terroir, territoire, avec les Musiques Têtues à Rostrenen, l’école de musique de Rostrenen, le conservatoire de Brest et l’école de musique de Carhaix. Cela n’est encore qu’un projet. Gabrielle de son côté souhaite inviter l’Ensemble Nautilis. L’idée serait de trouver plusieurs points d’ancrage de ce type en Europe pour créer un réseau de circulation artistique qui corresponde à nos pensées par rapport à la musique telle que nous souhaitons la fabriquer et la vivre.

Silence Paradoxal

SILENCE PARADOXAL

Le duo Silence Paradoxal constitué de deux musiciens membres de l’Ensemble Nautilis, le pianiste/compositeur Christofer Bjurström (présent dans différents champs esthétiques allant du Jazz au Ciné-concert, du solo au grand ensemble) et de Vincent Raude (électronique) qui mène un certain nombre de projets dans des univers aussi variés que la techno (Upwellings), le Dub, la danse contemporaine (Lola Gatt, Tango Sumo etc…), le théâtre (Cie Hiatus) ou les musiques improvisées (Energie Noire, ARCH etc..).

Ce duo piano/électronique s’attache à explorer de nouveaux espaces en utilisant des dispositifs de traitement du son acoustique. Le son du piano est ainsi confronté à différents univers sonores (électroniques bien entendu, mais aussi du field recording etc…) ainsi qu’à une multitude de traitements en temps réel, la plupart du temps ayant recours à des outils uniques conçus exclusivement pour ce projet, une forme de lutherie numérique.

 

DISTRIBUTION

Vincent Raude : électronique, composition

Christofer Bjurström : piano, flûtes, composition

Régis Chesnais : mapping , scénographie, conception lumière

 

Share

×

Un projet du duo Silence Paradoxal, de Vincent Raude et Christofer Bjurström.

Silence paradoxal : le projet d’une musique minimaliste évoquant par son atmosphère des paysages intérieurs propres à chacun, tout comme dans les phases de sommeil paradoxal, le rêve n’appartient qu’à celui qui dort.

Le point de départ de ce projet est de concevoir le concert comme l’exploration de paysages sonores, comme un voyage à travers différents espaces imaginaires. En effet, la musique que produit le duo est une musique ouverte, avec une approche contemplative, bruitiste et expérimentale qui suscite à l’écoute des images intérieures oniriques, comme une forme de sommeil paradoxal sonore.

C’est cette immersion dans une multitude de paysages imaginaires que nous souhaitons renforcer en intégrant le concert du duo dans une scénographie axée sur la lumière.

D’un point vue technique, il s’agit d’enregistrer le son acoustique en temps réel de façon à l’amener dans un univers audio numérique étendu, pour le transformer, l’étendre, l’altérer, sans que jamais il ne s’agisse de boucles, la musique reste vivante et mouvante. Des parallèles se créent. Vincent Raude développe des outils spécifiques pour ce duo via le logiciel Mac / MSP qui permet d’utiliser une multitude de plug-in via des modules numériques pour projeter ses propres textures sonores et retraiter le son du piano.

Aux confins de l’ambient, de la musique contemporaine et des musiques improvisées, la musique que le duo produit est volontairement ouverte, laissant entrevoir des paysages imaginaires dans lesquels nous proposons une immersion, des chemins, un voyage dans le son…

Ce 1er projet consiste aussi en une mise en scène par le biais de lumières, il n’est pas exclu qu’un certain nombre des outils développés par Vincent Raude puissent être utilisés pour qu’une relation s’établisse réellement entre les instruments et les lumières sous la forme de mapping interactif.

L’utilisation de mapping sur un dispositif entourant les musiciens nous paraît la plus intéressante permettant de créer à la fois des images, des mouvements (dont la dimension visuelle du concert simple est plutôt démunie), des illusions. Le propos serait de retrouver avec la création visuelle un rapport d’interactivité équivalent à celui qui s’est développé entre les deux musiciens, et surtout pas de créer des sortes de tableaux figuratifs figés correspondant à chaque morceau.

Ce qui nous paraît important dans notre démarche est de créer des formes ouvertes, des cadres dans lesquels le parcours n’est pas totalement fixé et laisse la place à l’inventivité du moment, à l’improvisation. De ce point de vue, le visuel et le sonore doivent être vus sur un plan d’égalité.

Nous avons choisi de travailler avec Régis Chesnais, qui est un spécialiste du mapping (il travaille notamment pour l’entreprise Spectaculaires et de nombreux festivals en Bretagne et en France).

ARCH // MONTRÉAL MAINTENANT

Dans ses échanges avec l’international, l’Ensemble Nautilis s’associe avec Penn Ar Jazz et à des collectifs d’artistes,des festivals et lieux de diffusion dans d’autres pays pour construire des relations durables sur les territoires mutuels, proposer des échanges, des moments de créations impromptus qui ont souvent donné lieu à terme à la création de groupes constitués.

Une longue expérience a été menée avec les USA de 2012 à 2016.
Depuis 2017, l’Ensemble Nautilis et Penn Ar Jazz travaillent à établir de nouvelles relations
avec la scène musicale de Montréal.

Entre le 11 et le 16 Avril 2018 aura le lieu le temps fort “Montréal Maintenant !” : une semaine de rencontres ARCH à Brest avec 3 artistes québécois (Jason Sharp, Susanna Hood, Geneviève Gauthier) et les 3 musiciens de Nautilis (Christophe Rocher, Frédéric B.Briet et Nicolas Pointard). Durant 4 jours, les artistes se retrouveront dans le cadre d’une résidence, donneront 6 concerts et des actions culturelles.

 +++ Tout le programme téléchargeable ici.+++

 

 

X